En Marge @ Memento, Espace d’Art Contemporain

artists: Pauline Zenk and Lilie Pinot, Bertille Bak, Le Gentil Garçon, Benoît Luisière, Pierre Monjaret, Benjamin Paré, Laurent Perbos, Marine Semeria

institution: Memento, Espace d'Art Contemporain, Auch | France

when: 26 May / 30 September 2018

www.liliepinot.com

www.memento-gers.com/

MEMENTO

Pour cette 3ème édition de Memento, la création actuelle sera mise à l’honneur avec un soutien à des artistes de la scène émergente française, en prolongeant sa réflexion sur la relation intime entre les espaces du lieu et l’esprit des œuvres.

Après avoir développé, en 2016, le lien entre l’art et notre quotidien, révélé ce qui dépasse le réel et l’imaginaire en 2017, l’édition 2018 s’attache à plonger le visiteur au cœur même de son héritage social et culturel pour se questionner sur la culture populaire : quand le plaisir simple, la magie du temps libre transforment l’anonymat et le banal en forces poétiques.

Entre pratique populaire et pratique de nos mondes modernes, les artistes puisent dans ce qui nous construit en mettant de côté les valeurs qui planent sur notre société contemporaine : compétitivité, individualisme, capitalisme pour percer une nouvelle vision du monde.

Ici seront prônés les reflets vacillants de notre humanité où l’émotion, l’absurde et la joie de l’humilité deviennent une arme de résistance face aux horizons incertains. Une réflexion sur les conditions du vivre-ensemble, d’être soi au monde collectif et sociétal fonderont les bases de cette édition 2018.

En questionnant l’identité même de « populaire » par la création contemporaine, l’exposition déplace notre rapport confus entre l’art du divertissement et des hautes instances culturelles considérées pour faire vaciller nos « bagages culturels » en faveur d’un plaisir simple, émotif mais aussi corrosif.

En dévoilant notre rapport au loisir, son industrie et son étroite filiation au temps libre (fondement de nos existences), l’exposition révèle par le biais de la notion d’identité communautaire une relecture de nos émotions contemporaines.
Depuis que le temps est temps, elles percent les secrets des hommes et de l’histoire de l’art pour se réécrire avec l’histoire du lieu MEMENTO vers de nouvelles mythologies.

EN MARGE raconte une histoire, celles de nos mondes mis à nus par les visions poétiques, ironiques ou dérangeantes des artistes de notre contemporanéité.

Stuart Hall* défend l’idée que la culture populaire est l’un des lieux où la lutte pour et contre la culture du puissant est engagée ; c’est aussi l’enjeu de cette lutte. C’est l’arène du consentement et de la résistance.

Memento prolonge son incursion dans les strates humaines en devenant le temps d’un moment un espace de découverte, de réjouissance, de bousculement, de turbulence qui place l’art au centre des paradoxes de nos vies.

Karine Mathieu

  • Stuart Hall (1932-2014, sociologue qui compte parmi les figures centrales des Cultural Studies britanniques) a cherché à déconstruire le terme « populaire ».
Posted in Art Residencies | Leave a comment

Lichtung with Lilie Pinot – Research Residency

artists: Pauline Zenk and Lilie Pinot

institution: Lieu Commun Artist Run Space, Toulouse | France

when: 30.01.2018 - 16.02.2018

www.liliepinot.fr

www.lieu-commun.fr

LICHTUNG

Research Residency at Lieu-Commun

curator: Manuel Pomar

Research Residency -With LILIE PINOT research on images, identity, forgetfulness, loss and memory.

"Our paintings and photographs deal with the same topics: memory, oblivion and loss. It is with this observation that we have started a joint research that focuses on the dialogue between painting and photography. [..] We share a common goal, the representation of the real, the emphasis on existence and the human condition, as well as a common sensibility and the ability of our pictorial mediums to recall memories or to stop forgetting."

 

Recherche –Avec LILIE PINOT recherche sur les images, la identite, l’oublie, la perte et la memoire.

“Nos peintures et photographies se tournent vers les même items : la mémoire, l’oubli et la perte. C’est avec ce constat, que nous avons commencé une  recherche commune qui se focalise autour du dialogue entre peinture et photographie. [..] Nous partageons un objectif commun, la représentation du réel, l’accent mis sur l’existence et la condition humaine, ainsi qu’une sensibilité commune et la capacité de nos médiums picturaux à rappeler des souvenirs ou à arrêter d’oublier.”

Posted in Art Residencies | Leave a comment

Profils – @Pavillon Blanc

artists: Pauline Zenk, Emilie Brout & Maxime Marion, Johanna Benainous & Elsa Parra, Jean Boite Editions

institution: Pavillon Blanc Henri Molina, Colomiers | France

when: 03.02.2018

www.pavillonblanc-colomiers.fr

Cette exposition fait l'hypothèse qu'à l'ère numérique, les profils pourraient constituer un nouveal art du portrait. "Profils" comme identités sociales, comme pseudo, traverstissement, voire double vie... Les artistes de cette exposition composent une galerie de portraits et tracent ainsi les contours de ce que serait notre identité numérique.

Identifié à ses débuts comme un espace qui permettrait de s’inventer une autre vie et de s’émanciper de nos déterminismes, internet apparait aujourd’hui comme un espace paradoxal. Un espace ou le surf reste facile mais laisse place à la surveillance; un espace où la notion d'identité est chmaboulée, entre selfies, profils facebook, photos intimes exposées en public. A travers des pratiques telles que la photographie, la vidéo, la peinture et l'édition, ces artistes font notre portrait à l’ère numérique.

Posted in Exhibitions | Leave a comment

Deborderouge – Maison Salvan

artists: Guillaume Rojouan, Pauline Zenk, Sophie Bacquié, A4 Putevie

institution: Maison Salvan, Labege | France

when: 22.11.2017

https://maison-salvan.fr/

Partageant le même atelier du quartier Borderouge à Toulouse, plusieurs artistes acceptent le projet d’une exposition qui se donne à voir selon quatre états successifs. À partir d’une exposition « solo » de Guillaume Rojouan, chacun à leur tour, Pauline Zenk, Sophie Bacquié et A4 Putevie, viennent rendre « toujours plus collective » la proposition. Outre le souhait d’insuffler du « jeu » dans le commissariat, le projet rejoue, à l’aune de l’exposition, les porosités inhérentes à la promiscuité de l’atelier.

Les quatre artistes impliqués dans ce projet véhiculent une pratique qui, directement, documente le réel, le malaxe et le digère. Leurs œuvres découlent parfois de sources tangibles qu’elles soient journalistiques ou historiques. Avec Guillaume Rojouan et Pauline Zenk, les peintures puisent dans des supports, des images existantes, des archives. Ils travaillent avec ces données pour, semble t-il, les oublier, les rendre caduques ou inopérantes et les conduire ailleurs. Les œuvres de Sophie Bacquié racontent les lieux, travaillent la perspective de bâtiments ou de paysages de manière contemplative et racontent des paysages où la trace de l’homme est là : il agit, par construction ou abandon, sur les environnements. A4 Putevie propose des dessins qui semblent relever d’une forme d’instantanéité. Non exempts de poésie sombre, ils semblent insolés par une énergie écorchée, une colère face à une frange du réel fait de domination, d’humiliation, de violence sociale et politique.

Partageant le même atelier du quartier Borderouge à Toulouse, plusieurs artistes acceptent le projet d’une exposition qui se donne à voir selon quatre états successifs. À partir d’une exposition « solo » de Guillaume Rojouan, chacun à leur tour, Pauline Zenk, Sophie Bacquié et A4 Putevie, viennent rendre « toujours plus collective » la proposition. Outre le souhait d’insuffler du « jeu » dans le commissariat, le projet rejoue, à l’aune de l’exposition, les porosités inhérentes à la promiscuité de l’atelier.

Les quatre artistes impliqués dans ce projet véhiculent une pratique qui, directement, documente le réel, le malaxe et le digère. Leurs œuvres découlent parfois de sources tangibles qu’elles soient journalistiques ou historiques. Avec Guillaume Rojouan et Pauline Zenk, les peintures puisent dans des supports, des images existantes, des archives. Ils travaillent avec ces données pour, semble t-il, les oublier, les rendre caduques ou inopérantes et les conduire ailleurs. Les œuvres de Sophie Bacquié racontent les lieux, travaillent la perspective de bâtiments ou de paysages de manière contemplative et racontent des paysages où la trace de l’homme est là : il agit, par construction ou abandon, sur les environnements. A4 Putevie propose des dessins qui semblent relever d’une forme d’instantanéité. Non exempts de poésie sombre, ils semblent insolés par une énergie écorchée, une colère face à une frange du réel fait de domination, d’humiliation, de violence sociale et politique.

Posted in Exhibitions | Leave a comment

Bricodrama – Atelier Borderouge

artists: Pauline Zenk, Sophie Bacquié, Chad Keveny, A4 Putevie, Guillaume Rojouan, Lucile Martinez, Nicolas Robilliart et Marie Morel

associations: Atelier Borderouge, Toulouse | France

when: 28.9.2017

@: 67 chemin pujibet, toulouse

http://bricodrama.art

à l’Atelier Borderouge, ce n’est pas un whitecube ni un espace qui court, pas collectif pour deux sous même si on est nombreux. C’est sale, pas accueillant mais c’est à nous !

Posted in Exhibitions | Leave a comment

Grand prix d’Occitanie d’Art Contemporain

Award Winners !!

artists: Pauline Zenk, Nicolas Daubanes and Pierre Clement

jury: Nicolas Bourriaud et Christian Bernard

associations: Lieu Commun http://lieu-commun.fr et les Sens de l'Art http://lessensdelart31.com, Toulouse | France

Some news from my new Art Residency and upcoming Exhibition! Le Grand Prix Occitanie de l'Art Contemporain. Organized by Lieu Commun et Les Sens de L'Art. It s gonna happen in Lieu-Commun, Artist Run Space , Toulouse, from the 13th of February until the 15th of March (day of the exhibition opening)! My work is going to be about Spanish Migration to France. The other artists in residency are Pierre Clement and Nicolas Daubanes Jdp. !!

Posted in Art Residencies, Awards, Exhibitions, Grand Prix d'Occitanie | Leave a comment